Chroniques lunaires, tome 1: Cinder

Auteur: Marissa Meyer
Editions: Pocket
Collection: Jeunesse
Année de parution: 2012
Nombre de pages: 412

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Je ne vais pas faire durer inutilement le suspens: j’ai énormément aimé ce roman. Tellement que je l’ai lu en deux petits jours; j’étais vraiment happée par l’histoire et j’avais beaucoup de mal à lâcher le livre.

Tous les éléments du conte originel de Cendrillon sont présents: la marâtre, les belles soeurs, le prince charmant, la chaussure/le pied, le carrosse… Les personnages sont intéressants; chacun a sa propre personnalité. Cinder est un personnage assez fort sans être parfaite et c’est appréciable. J’ai bien aimé le fait qu’on ne tombe pas dans certains clichés, notamment un grand clivage « méchants vs gentil » comme on peut trouver dans les contes de fées. Evidemment, certains personnages sont plutôt du bon côté, d’autres du mauvais mais ils ne sont pas trop caricaturaux quand même comme j’en avais un peu peur avant de lire ce livre.

La plume de l’auteur est agréable, l’histoire bien rythmée; on ne s’ennuie pas une seconde. Petit bémol: on devine la fin bien trop vite mais cela ne m’a pas empêchée de me laisser emporter par l’histoire qui mêle habilement conte et sciences fiction. J’avoue qu’à la base j’avais un a priori sur ce livre, n’étant pas fan de SF, et pourtant l’univers est riche sans que cela soit « trop » (ce pourquoi je n’accroche souvent pas avec la SF, les univers sont très complexes et j’ai du mal à les trouver toujours hyper logiques) et bien amené par l’auteur. Adeptes de cyborgs, droïdes et autres humanoïdes, ou encore d’univers cyberpunk, ce roman vous plaira sans conteste.

Par contre, ce n’est pas du tout un roman qui se suffit à lui-même; c’est vraiment simplement le début d’une saga et la fin de ce tome n’est que l’ouverture vers la suite de l’histoire.

Pour conclure, je dirais que ce livre pourra ravir énormément de publics différents (je pense qu’il peut se lire dès 12 ans, sans trop de problèmes) y compris les lecteurs pas attirés par la SF. Il rentrera également sans problèmes dans les catégories « réécritures de contes » des challenges littéraires. Pour ma part, ce n’est pas un coup de coeur, même si on n’en est pas loin, sans que je sache vraiment trop pourquoi. Il ne m’a pas manqué grand chose pour être totalement emballée par cette histoire. Je pense que si j’avais lu ce livre quand j’étais adolescente, au moment où on se laisse plus facilement embarquer à 200% dans des récits, j’aurais eu un vrai coup de coeur pour ce livre. Un très joli 18/20 pour moi.

1 commentaire sur “Chroniques lunaires, tome 1: Cinder

  1. J’ai toute la saga dans ma bibliothéque. Je pense que c’est la prochaine que je lirais dès que j’aurais terminé une autre saga.

    Merci pour ta chronique, cela donne envie de se lancer dans ce livre 🙂

    bonne fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *