Un long dimanche de fiançailles

 

 

Auteur: Sébastien Japrisot
Edition: Folio
Collection: /
Année de parution: 2002
Nombre de pages: 373

Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Cinq soldats qu’on a jetés dans la neige de Picardie, un soir de janvier 1917, devant la tranchée ennemie, pour qu’on les tue. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n’avait pas vingt ans. À l’autre bout de la France, la paix venue, Mathilde veut savoir la vérité sur cette ignominie. Elle a vingt ans elle aussi, elle est plus désarmée que quiconque, mais elle aimait le Bleuet d’un amour à l’épreuve de tout, elle va se battre pour le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l’a perdu. Tout au long de ce qu’on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours, et malgré le temps, malgré les mensonges, elle ira jusqu’au bout de l’espoir insensé qui la porte.

 

 

Un long dimanche de fiançailles fait partie de ces (rares) livres qui se trouvent dans ma bibliothèque depuis des années, sans que j’ai jamais réussi à les lire jusqu’au bout. En l’occurrence, celui-là dormait sur son étagère depuis plus de dix ans et j’avais tenté en vain de le lire quatre fois. Néanmoins, comme je déteste abandonner un livre, je ne m’étais jamais résolue à m’en séparer.

Grand bien m’en a pris puisque cette fois, non seulement j’ai réussi à le lire jusqu’au bout mais en plus j’ai vraiment aimé cette lecture. On ne peut pas vraiment parler de coup de coeur non plus mais j’ai passé un bon moment et je l’ai lu plutôt vite.

J’ai aimé les différents cadres dans lesquels se déroulent l’histoire: les Landes, les tranchées… J’ai apprécié le fait que le roman ne verse pas dans la romance un peu cul-cul mais plutôt qu’elle reste solidement ancrée dans un contexte assez réaliste. Les scènes de guerre, l’esprit qui devait sans doute régner pendant cette guerre et après est formidablement bien dépeint; j’avais l’impression d’y être.

J’ai moins aimé le personnage de Mathilde que j’ai trouvé très froid, un peu égoïste. L’écriture de l’auteur est aussi un peu « lourde » avec des phrases parfois longues et à la ponctuation pas toujours dans les règles, ce qui rend parfois la lecture difficile et confuse. C’est sans doute voulu par l’auteur, c’est même sûr à mon sens, Japrisot n’étant pas un auteur débutant quand il a écrit Un long dimanche de fiançailles, mais ce n’est pas toujours facile à suivre. La multitude de personnages complique encore un peu l’exercice.

Toutefois, j’ai, je le redis, passé un bon moment avec ce livre et j’encourage vivement ceux qui le souhaitent à le lire, ne serait-ce que pour le côté historique bien retranscrit. Par contre, la fin ne m’a pas plu, mais alors pas du tout… Peut-être suis-je passée à côté ou bien n’ai-je pas compris mais j’aurais préféré un « que sont-ils devenus? » en guise de chapitre final plutôt que celui choisi par l’auteur, je pense. Là, je reste un peu sur ma faim…

15/20 pour moi