Ce que je peux te dire d’elles

 

 

Auteur: Anne Icart
Edition: Pocket
Collection: /
Année de parution: 2014
Nombre de pages: 288

Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça : les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d’un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire… Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au coeur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette ou, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles. Mais Violette l’attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ?

 

 

Avant même de commencer ma lecture, j’étais presque sûre que ce roman allait me plaire, étant férue de sagas familiales. Je n’ai pas été déçue.

C’est un livre relativement court (288 pages), qui se lit facilement, porté par une plume simple et factuelle. On rentre facilement dans le récit et on se laisse porter par l’histoire de ces trois générations de femmes.

Ce livre est incroyablement riche. Il aborde énormément de thèmes: le féminisme, le fait de grandir sans père ou sans homme dans son entourage, l’émancipation, l’accomplissement de soi, la notion de famille et celle de maternité, de parentalité…

J’ai vraiment passé un très agréable moment avec ce roman que je recommande fortement.

Un excellent 18!